Ascenseur de St.-Thieu

 
Ascenseur funiculaire de Strépy-Thieu
© MICHEL MAIGRE - OCTOBRE 2002

Et l'histoire continue ...  ( Vidéo - 986 ko )  


Au lendemain de la seconde guerre mondiale, se posait le problème de rassembler en un ensemble cohérent, notre réseau de voies navigables. Un plan d'aménagement fut mis en place. Celui-ci prévoyait notamment de porter au gabarit de 1350t le canal du Centre, maillon qui s'intègre dans les voies navigables d'intérêt européen, situé sur la transversale qui relie Dunkerque à Liège en passant par Valenciennes, Mons, Charleroi et Namur.

 
Loi des 1350 Tonnes

En 1954, la Conférence Européenne des Ministres des Transports fixait les normes minimales de la classe IV des voies d'eau d'intérêt international, afin de parvenir à un réseau européen cohérent portant le gabarit des péniches à 1350t.

La loi du 9 mars 1957 dite "loi des 1350 tonnes" décide la mise au gabarit de 1350T du réseau belge. Le canal du Centre est repris parmi les voies d'intérêt national nécessitant l'exécution urgente de travaux de modernisation. Les travaux de modernisation du canal ont débuté en 1963.

Ci-contre, le réseau des voies navigables européen au gabarit modernisé de 1350 t.

Carte des voies navigables au gabarit de 1350t

Modernisation du canal du Centre

La modernisation du canal du Centre devait répondre aux réalités de la navigation d'aujourd'hui. Les péniches d'autrefois n'offrant qu'une capacité de transport de 300t maximum, ne sont plus guère utilisées. Elles sont remplacées par des péniches motorisées, plus longues et d'un tirant d'eau plus élevé.
L'adaptation du canal du Centre aux exigences de la navigation pose alors un problème. Il faut non seulement penser à l'avenir mais également tenir compte des besoins et des intérêts de la région. Par ailleurs, la France est particulièrement intéressée par l'adaptation du canal du Centre.

Les milieux français souhaitent une ouverture vers l'Est afin de rejoindre via la région liégoise, le Rhin.

Il faut savoir, que dès 1964 cette adaptation est recommandée par la Conférence européenne des Ministres des Transports.

Vue aérienne de l'ascenseur de Strépy-Thieu
© MET
Ascenseur de Strépy-Thieu sur le nouveau canal à 1350 t.
© MICHEL MAIGRE - 9 FEVRIER 2000

Le projet de Strépy-Thieu constitue le dernier maillon du programme de mise au gabarit de 1350 t du réseau belge des voies navigables.

Pourquoi un nouveau tracé ?

Le nouveau tracé n'affecte qu'un tronçon du canal du Centre. Ce tronçon fut abandonné car il était impossible de maintenir celui-ci en activité sans interruption durant les travaux de mise à gabarit du canal et la construction du nouvel ouvrage d'art. Il est donc décidé de placer le canal dans un nouveau lit, à proximité de l'ancien. Le nouveau tracé mesure environ 12 kilomètres.

Profils en long de l'ancien et du nouveau canal

Quelle solution pour Strépy-Thieu ?

Tout comme l'ancien tracé, le nouveau tracé rencontre un sérieux obstacle : la différence de niveau entre ses extrémités qui est de 88,15 mètres. La construction des écluses d'Obourg-Warton et de Havré rachetant respectivement 5m et 10m, il reste à franchir une chute de 73,15 mètres.

Des études ont été effectuées par le Ministère des Transports publics afin de déterminer le type d'ouvrage le plus approprié. Compte tenu de la configuration du terrain et de l'absence d'alimentation naturelle significative d'eau, excluant pratiquement l'utilisation d'écluses, cinq solutions ont été étudiées :

  1. Un plan incliné longitudinal à 5%
  2. Un plan incliné longitudinal à 10%
  3. Une pente d'eau ou "canal incliné" à 3,5%
  4. Deux ascenseurs de 36,575m de chute chacun
  5. Un ascenseur de 73,15m de chute
Pourquoi un ascenseur ?

La durée de franchissement et la consommation d'eau d'une échelle d'écluses est inacceptable. A la suite d'études tenant compte de divers facteurs : investissements, étendue des expropriations, problèmes techniques et d'exploitation, la construction d'un ascenseur unique était la solution la plus économique compte tenu du site. Il concentre, sur un espace réduit (1 ha), la totalité des charges (300 000 T) en une zone de sous-sol déformable, relativement hétérogène, et donne une sollicitation constante de 0,3 MPa.

Le tableau ci-dessous reprend la comparaison des frais d'investissement et d'exploitation de l'équipement électromécanique des différentes solutions actualisés sur une période de trente ans, la puissance installée et l'énergie requise pour effectuer une translation.

Equipement électromécanique Frais d'investissement et d'exploitation en % Puissance installée en kw Energie par translation en kwh
Ascenseur 73 M 100 2000 50
Plan incliné, 10 % 135 2000 140
Plan incliné, 5 % 145 2000 140
Pente d'eau 150 8200 1400
Deux ascenseurs 36,5 M 190 4000 50
Ensemble des trois écluses - 15600 11700

Source : les cahiers du MET (collection Techniques) no3 avril 1993


Vue aérienne de l'ascenseur de Strépy-Thieu L'ascenseur de Strépy-Thieu est destiné à faire franchir une chute de 73,15 mètres à des bateaux automoteurs de 1350 tonnes ou à des barges poussées de 2000 tonnes avec leur pousseur.

VUE DE L'ASCENSEUR DE STREPY-THIEU EN CONSTRUCTION
© MET (D.434) : 97/4618 ( SECTION PHOTO-VIDEO 1998 )

Séquence sonore Ecouter la séquence sonore au format wave Ecouter la séquence sonore au format real player

 

 
Les informations de base ont été fournies par la Direction Générale des Voies Hydrauliques.